Connexion
 

 

SafeLink est une plateforme internet sécurisée hébergée par le Réseau Santé Wallon.

Elle permet aux médecins généralistes de surveiller à distance leurs patients suspectés d’être atteints du covid-19. Elle a été développée par différents acteurs (*), dont le Réseau Santé Wallon et son homologue bruxellois.


Il n’est pas nécessaire, en tant que médecin, d’avoir adhéré à ces Réseaux pour pouvoir utiliser SafeLink. Toutefois, c’est clairement conseillé, dans l’intérêt de la qualité et de la continuité des soins. En effet, un patient peut être pris en charge dans des milieux de soins successifs (à domicile, en centre de pré-tri (**), aux urgences hospitalières). Il est utile que ses données soient partagées entre les différents intervenants. 

 

Ce qu’il faut savoir en bref

 

  • POUR LE SUIVI À DOMICILE

Le médecin traitant, dit le « médecin généraliste référent », entre dans SafeLink via son Réseau régional, en s'authentifiant. Il se crée un compte.

Il inscrit dans l’application le patient qu’il soupçonne d’être infecté par le coronavirus et qu’il isole à domicile.

Le patient encode dans un questionnaire en ligne des paramètres cliniques pertinents. Il y est invité par SMS deux fois par jour (ou davantage en cas d’aggravation). Ses données sont analysées en temps réel par un algorithme scientifiquement validé. Le patient se voit attribuer un statut (stable, à risque ou critique) automatiquement actualisé.

Le médecin traitant peut ainsi tenir à l’œil l’évolution de son état. S’il y a dégradation soudaine, il reçoit une alerte et décide des actions à entreprendre, par exemple référer le patient.

Les données du patient, publiées sur les serveurs des Réseaux régionaux, sont accessibles aux médecins qui le prendront en charge dans d’autres environnements de soins.

  • EN CENTRE DE PRÉ-TRI

Une fois qu’un patient a été envoyé vers un centre de pré-tri (ou qu’il s’y présente de lui-même), cette structure et ses médecins ont à leur disposition les comorbidités pré-remplies dans SafeLink par le médecin généraliste référent.

Ils mesurent et introduisent les paramètres les plus récents du patient, et l’algorithme ajuste son niveau de risque.

Sur cette base, ils décident soit de renvoyer le patient à domicile (et le médecin traitant reprend le suivi) soit de l’adresser aux urgences de l’hôpital.

  • AUX URGENCES HOSPITALIÈRES

Quand un patient est envoyé aux urgences par un centre de pré-tri (ou qu’il s’y présente de lui-même), les urgentistes peuvent consulter son dossier dans SafeLink.

Si ce patient et son médecin référent sont inscrits au Réseau régional, le rapport de suivi (à domicile et au centre de pré-tri) est aussi accessible via le DPI (dossier patient informatisé) de l’hôpital. 


VIE PRIVÉE

Les responsables du traitement des données dans SafeLink sont la Fratem (gestionnaire du Réseau Santé Wallon) et Abrumet (Réseau Santé Bruxellois). Ils s’engagent à respecter les dispositions relatives à la protection des données à caractère personnel en vigueur en Belgique, en ce compris le RGPD.

Voir la déclaration de vie privée de SafeLink

 

En savoir plus

 

  • EN TANT QUE GÉNÉRALISTE

Tuto vidéo pour une prise en main rapide de l’outil

Guide d'utilisation

Documentation technique

Questionnaire Q1 (fiche d’inscription du patient)

  • EN TANT QUE MÉDECIN EXERÇANT DANS UN CENTRE DE PRÉ-TRI 

Guide d’utilisation à destination des centres de pré-tri et des urgences hospitalières

  • EN TANT QU’URGENTISTE

Guide d’utilisation à destination des centres de pré-tri et des urgences hospitalières


Discuter entre utilisateurs

 

Il existe un « forum des usagers » sur lequel on peut échanger des conseils entre professionnels employant l’outil SafeLink. 


Expliquer SafeLink aux patients


Le projet e-santewallonie a conçu une page de synthèse à propos de SafeLink sur laquelle on trouve, à l'attention des patients, un guide d'utilisation, une vidéo, des modules informatifs sur la façon de prendre certaines mesures (température, fréquence respiratoire, etc.)...

 

(*) dont The Faktory, les équipes de Fotostudio et Prospect.io, le Collège francophone de médecine générale, la SSMG, l​’ISPPC et le projet e-santewallonie

(**) également appelé centre de tri, centre de triage, poste d’orientation médicale…